Alliance Divine Miséricorde

Pour le renouveau spirituel de la France - une initiative de la Fédération Pro-Europa Christiana

Category: Actualités (page 1 of 3)

Exaltation de la sainte Croix : ombre et lumière

« Nous célébrons la fête de la Croix, de cette Croix qui a chassé les ténèbres et ramené la lumière. Nous célébrons la fête de la Croix et, avec le Crucifié, nous sommes portés vers les hauteurs, nous laissons sous nos pieds la terre et le péché pour obtenir les biens du ciel. […]

Continue reading

Nativité de Marie : le moment où tout a commencé

Le 8 septembre, les catholiques et les orthodoxes fêtent la naissance de la Sainte Vierge Marie. La Nativité de la Sainte Vierge est l’une des 12 grandes fêtes du calendrier liturgique.

Continue reading

Saint Louis Roi de France : fête le 25 août

Louis IX dit « le Prudhomme » est aussi appelé Saint Louis.

Louis IX est un roi de France capétien né le 25 avril 1214 à Poissy.

Il est sacré à l’âge de 12 ans, le 29 novembre 1226, en la cathédrale de Reims. Cependant c’est la reine mère qui assure la régence sur le royaume, conformément au testament de Louis VIII, jusqu’à sa majorité.

Continue reading

Au plus noble et plus généreux Cœur sorti des mains du Créateur

« À la fin, mon Cœur Immaculé triomphera. »

Célébrer le Cœur de Marie, c’est célébrer l’absolu de la foi, la confiance et l’accueil du Christ au plus profond de soi.

Continue reading

L’Assomption de la Vierge Marie

L’Assomption est l’une des plus belles fêtes de notre calendrier liturgique.

Le mot « assomption » vient d’un mot latin qui veut dire prendre, enlever. Il s’agit de célébrer à la fois : la mort, la résurrection, l’entrée au paradis et le couronnement de la bienheureuse Vierge Marie. Marie a été enlevée et emmenée au Ciel. C’est une fête de notre calendrier liturgique qui est pleine de joie.

Continue reading

« Dans ta lumière, nous verrons la lumière » (Ps. 35:10)

« Le Christ ouvre les yeux de ses disciples et c’est d’un regard transfiguré par la puissance de l’Esprit-Saint que ces derniers virent la lumière divine indissociablement unie à Son corps. »
(Saint Grégoire Palamas).

Avant la Passion, Jésus emmène Pierre, Jacques et Jean sur le Mont Thabor.

Ces trois témoins ayant assisté à la transfiguration du Christ sont les mêmes qui seront choisis par Jésus pour l’accompagner lors de son arrestation, et qui ensuite assisteront à sa défiguration.

Ce n’est pas anodin.

La transfiguration est un acte intime, révélant à l’autre son être dans son absolu et dans sa vérité : véritable être divin et véritable être terrestre.

Ainsi, Jésus s’est-il révélé en tant qu’humain et en tant que divin.

« Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques, et il alla sur la montagne pour prier. Pendant qu’il priait, son visage apparut tout autre, ses vêtements devinrent d’une blancheur éclatante » (Luc, 9, 29 b-30).

Jésus leur explique que des souffrances l’attendent et leur annonce la Passion à venir, mais les rassure aussi car cela conduira à Sa résurrection.

Une voix céleste enveloppe l’aura de Jésus qui rayonne : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis tout mon amour ; écoutez-le !».

Jésus souhaite « préparer le cœur de ses disciples à surmonter le scandale de la Croix ». L’épisode a lieu en présence également de Moïse et d’Élie, apportant le témoignage de la Loi et des Prophètes, reliant la terre au ciel, l’humain au divin.

Les témoins de la transfiguration en sont eux-mêmes transfigurés, changés et bouleversés par la manifestation de Dieu, de façon concrète et sachant les évènements à venir.  Ils y accueillent la révélation du Mystère Trinitaire, qui transcende toute affirmation et toute négation.

« Nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père. » (Jean 1.14)

La fête de la transfiguration du Seigneur une fête de théophanie, c’est-à-dire de manifestation du Christ comme Fils de Dieu. Bien qu’annonçant la Passion, c’est une fête de Gloire et d’espérance. Cette célébration est très ancienne, déjà présente dans l’Orient chrétien, et sa date fut très tôt fixée au 6 Août.

L’Église, en célébrant la Fête de la Transfiguration, demande au Père qu’il nous accorde « d’écouter la voix de Son Fils bien-aimé, afin de pouvoir un jour partager avec Lui son héritage ».

« Ne fallait-il pas que le Christ endurât ces souffrances pour entrer dans sa Gloire ? » (Lc 24, 26).

A propos de la transfiguration ayant lieu sur une montagne, saint Thomas d’Aquin écrit : « Jésus nous enseigne en cela qu’il est nécessaire à tous ceux qui désirent contempler Dieu de ne pas s’attacher aux basses voluptés mais de s’élever sans cesse par l’amour vers les biens célestes. »

C’est, en outre, un endroit calme, isolé, et solitaire, à l’atmosphère particulière, propice à la prière et à la médiation, autre aspect indispensable à la transfiguration.

Pour vous accompagner en ce jour glorieux et vous rappeler que, même au plus profond des ténèbres, la lumière existe toujours, voici une jolie prière à réciter : 


« Christ transfiguré, je T’adresse aujourd’hui ma prière » :

« Christ transfiguré, je T’adresse aujourd’hui ma prière. Ecoute-la, exauce-la, je T’en prie. Quand tout au long de ma route, en moi la peur et le doute s’installent, montre-moi Ton visage, Visage de l’homme issu tout droit de Dieu, Visage de lumière qui vit au sein de la Lumière, Image du Dieu vivant. Quand tout au long de ma vie, en moi la tristesse et la langueur se posent, quand mes désirs s’égarent, quand ma foi vacille, fais-moi voir Ton corps transfiguré, Corps brisé sur une Croix, Corps de l’homme recréé entre les mains de Dieu, image du Dieu vainqueur de la mort. Quand tout au long de mes jours et de mes nuits, en moi la croix pèse trop lourd, quand je ne veux plus avancer, je ne peux plus avancer, tourne mon regard vers Toi, le Transfiguré, convaincs-moi que mon destin, comme le Tien est de me retrouver au sein de la Lumière ; Image, avec Toi, du Dieu à jamais vivant. Amen. »

(La Prière du Père Jean-Yves Garneau)

Que Notre Dame des Neiges vous bénisse !

Le vocable de Notre Dame des Neiges ou Sainte Marie aux Neiges est l’une des invocations de la Vierge Marie et fait référence à un miracle survenu le 5 août du IVe siècle à Rome.

A cette époque et à cette période de l’année, l’été était ardent dans la cité.

Pourtant, une partie du mont Esquilin fut couverte de neige pendant la nuit.

Au même moment, la Vierge Marie s’adressa au patricien romain Jean et sa noble épouse qui, sans enfant, avaient alors voués leurs possessions à la très sainte Vierge Mère de Dieu mais qui ne savaient pas exactement comment lui rendre hommage.

Ainsi, Notre Dame leur apparut, séparément, en songes pour leur dire de faire élever une église à l’endroit qu’ils verraient couvert de neige, et de dédier cette église sous le nom de la Vierge Marie. Les deux époux ayant exactement fait le même rêve surent que c’était là une révélation.

Jean rapporta alors le fait au Pontife Libère, qui affirma avoir eu la même vision pendant son sommeil.

Accompagné de son clergé et de son peuple, le pape vint, au chant des litanies, à la colline couverte de neige, et il y marqua l’emplacement de l’église Sainte-Marie-Majeure, qui fut construite aux frais de Jean et de son épouse, comme l’héritière qu’ils n’avaient pas.

Chaque année, à cette date anniversaire, a lieu une célébration solennelle appelée « Miracle de la Neige » durant laquelle une pluie de pétales blancs tombe sur les participants, se rapprochant d’une communion presque parfaite entre les croyants et la Vierge Marie. 

De nombreux édifices portent ce nom, plus particulièrement en France.

Prière à Notre-Dame des Neiges :

I. Par la très sainte résolution que vous avez vous-même inspirée dans les âmes du patricien romain Jean et de sa digne épouse, afin de leur faire consacrer à votre honneur tous leurs biens, puisque privés d’héritier par une stérilité invétérée, obtenez-nous, ô très Sainte Mère de Dieu, de savoir toujours tirer profit des contraditions et oppositions qui nous assaillent sur cette terre pour travailler plus ardemment à l’acquisition des biens éternels du Ciel, spécialement en soutenant les œuvres qui concourrent à votre gloire.

Je vous salue, Marie…

II. Vous avez révélé au même moment, tant au saint patricien Jean, à son épouse stérile et et au pape Libère, votre souhait de voir une église érigée en votre honneur, là où l’on trouverait le sol couvert de la neige miraculeusement envoyée par vous au plus fort de la chaleur estivale : par cette illustre révélation, obtenez-nous, ô très illustre Vierge, de toujours reconnaître clairement vos très saintes volontés pour que nous nous y conformions avec exactitude dans toute notre conduite.

Je vous salue, Marie…

III. Sous les yeux de Rome toute entière, vous avez recouvert d’une neige miraculeuse le sommet du Mont Esquilin, et vous l’avez conservée intacte sous l’ardent soleil d’août, afin d’indiquer le lieu et les dispositions du sanctuaire que vous demandiez en votre honneur : par ce miracle inédit, obtenez-nous, ô puissante Reine céleste, de ne jamais douter de l’ampleur de votre pouvoir, aussi bien dans l’ordre de la nature que dans celui de la grâce, et de nous confier toujours en votre toute puissance.

Je vous salue, Marie…

IV. Par cette leçon mystérieuse que vous avez donnée au monde entier en envoyant de la neige au mois d’août sur une des collines de Rome, vous avez symboliquement manifesté le devoir qui nous incombe de garder nos âmes pures, afin de bénéficier de votre sainte protection : obtenez-nous donc, ô Sainte Vierge des vierges, de nous préserver toujours des souillures de l’âme et de garder intacte la chasteté de notre état, afin d’avoir part aux bénédictions célestes que Dieu se plaît à répandre par vos mains.

Je vous salue, Marie…

V. L’église qui vous fut ainsi dédiée sous le vocable de Sainte-Marie aux Neiges, rendue encore plus illustre par les saintes reliques de la Crèche de Notre-Seigneur rapportées de Bethléem et pour le titre de Sainte-Marie-Majeure qu’elle reçut enfin, fut de tout temps l’objet d’une sollicitude particulière des pontifes romains et de la dévotion de nombreux saints : par la gloire particulière que vous avez procurée à cette basilique, obtenez-nous, ô notre Mère et notre Souveraine, de toujours travailler à votre gloire, de nous dédier, autant qu’il est en notre pouvoir, à l’entretien et à l’ornementation de vos sanctuaires et de vos autels, afin que nous puissions, au terme de cette vie, être introduits auprès de vous dans le Temple du Ciel, pour y chanter avec vous un « Magnificat » éternel.

Je vous salue, Marie…

Oraison :
Accordez à Vos serviteurs, nous Vous en prions, Seigneur notre Dieu, de jouir toujours de la santé de l’âme et du corps : et par la glorieuse intercession de la Bienheureuse Marie toujours Vierge, d’être délivrés des tristesses du temps présent et d’avoir part aux joies de l’éternité.
Nous Vous le demandons par Jésus-Christ Notre-Seigneur.

Ainsi soit-il.

Saint Pierre-Julien Eymard et le Saint Sacrement

Pierre-Julien Eymard est né à La Mure (en Isère) en 1811. Dès sa première communion, à 12 ans, il est très attiré par la vie religieuse mais son père s’oppose à sa vocation.

A la mort de son père, il intègre le grand séminaire de Grenoble. Il a alors 20 ans. Puis à l’âge de 23 ans, il est ordonné prêtre diocésain. Plus tard, il devient membre de la Congrégation Mariste.

Il aura toute sa vie une dévotion toute particulière pour le Très Saint Sacrement et il n’aura de cesse que de répandre l’adoration du Très Saint Sacrement partout.

Pour cela, il fonde la Congrégation du Saint Sacrement le 13 mai 1856. Il est le Fondateur des Pères du Saint Sacrement mais aussi des Servantes du Saint Sacrement. Il accepte sa nomination de supérieur général des prêtres du Saint Sacrement, alors même qu’il espère redevenir simple religieux.

Saint Pierre-Julien Eymard est l’apôtre de l’Eucharistie.

Il décèdera le 1er août 1868 à La Mure d’épuisement et d’une hémorragie vasculaire cérébrale.

Il est béatifié par le pape Pie XI le 12 juillet 1925 et canonisé par le pape Jean XXIII le 9 décembre 1962.

Il a laissé une belle empreinte et encore aujourd’hui la dévotion au Saint Sacrement est une partie importante de la foi catholique.

Selon la Confrérie du Très Saint Sacrement, une indulgence plénière est accordée par le Droit pour tout fidèle qui fait l’Adoration du Très Saint Sacrement pendant une demie heure.

La Saint Pierre-Julien Eymard se fête le 2 août. Elle est une belle occasion à honorer le Saint Sacrement comme saint Pierre-Julien Eymard y invite.

St Ignace de Loyola : le tout premier jésuite

Sa jeunesse

Il est né en 1491 dans le château de Loyola, à 25 km au Sud-Ouest de Saint Sébastien, au pays basque espagnol.

Benjamin d’une famille de 13 enfants, il a la tristesse de perdre sa mère à l’âge de 7 ans. Puis, son père meurt lorsqu’il a 15 ans.

Sa vie à la cour et sa vie militaire

Il devient alors tour à tour : page à la cour du roi d’Aragon, puis secrétaire du trésorier général de la reine de Castille. Il passe 10 ans à la cour.

Puis, plus tard en 1517, il entre dans l’armée du vice-roi de Navarre, le duc de Lara.

Mais, il est blessé lors du siège de Pampelune et ne peut plus désormais continuer sa vie de soldat.

Les débuts d’un changement de vie

Il commence alors à lire de nombreux livres religieux et voit en songe « Notre Dame avec le Saint Enfant Jésus ».

Il veut donner à sa vie un tout autre cap. Il choisit de devenir ermite et de se consacrer à Dieu. Il suit les préceptes de saint François d’Assise et d’autres grands exemples monastiques.

Il souhaite se dévouer à la conversion des musulmans en Terre Sainte.

D’autre part, en signe d’expiation, il décide de partir en pèlerinage et continuera toute sa vie de chercher les lieux de dévotion chrétienne.

Après son rétablissement, il s’en va donc vers Jérusalem.

Il s’arrête sur le chemin près de Barcelone, au monastère de Montserrat où il se confesse. Puis, il y laisse ses habits de militaires pour se vêtir d’un simple tissu de toile et d’une corde en guise de ceinture.

La spiritualité ignacienne

Elle est l’une des principales sources d’introspection religieuse et de discernement vocationnel dans le catholicisme.

Saint Ignace est l’auteur d’un livre intitulé « Exercices spirituels » et fut un formidable directeur de conscience. Il commence à écrire ce livre dans une grotte en Catalogne où il mène une vie d’ascète.

Le livre « Exercices spirituels » est un ouvrage de 200 pages. L’ouvrage est utile à l’accompagnateur spirituel qui sert de guide lors d’une retraite de 4 semaines (30 jours).

Ce livre est toujours aujourd’hui une référence pour qui veut se rapprocher de Dieu et effectuer une retraite spirituelle.

En 1523, il part finalement effectuer son pèlerinage en Terre Sainte. Il parvient jusqu’à Jérusalem mais n’y reste pas et revient à Barcelone en mars 1524.

Il se consacre pendant les 11 années suivantes aux études. Mais, il fait l’objet d’attaques de l’Inquisition et des dominicains et doit partir pour Paris.

En France, saint Ignace regroupe autour de lui des étudiants de qualité, issus d’horizons divers.

Unis par le charisme d’Ignace, les nouveaux amis décident de ne plus se séparer.

Les 7 amis veulent vivre dans la pauvreté, au service des hommes et veulent devenir prêtres.

Ils scellent leur projet par un vœu solennel lors d’une messe célébrée à la Basilique du Sacré Cœur de Montmartre.

Il se choisissent un nom : « La Compagnie de Jésus ».

Les jésuites

Après de multiples aléas, ils se retrouvent tous à Rome. Ils vont voir le Pape de l’époque, Paul III, qui leur signe la bulle d’approbation pour le nouvel institut, la Compagnie de Jésus. L’ordre des jésuites est ainsi créé.

Ignace rédige les Constitutions de la Compagnie de Jésus.

L’ordre des Jésuites se répand petit à petit. Ignace en est le premier Supérieur Général jusqu’à sa mort. Des demandes de toutes sortes affluent pour l’Afrique, l’Asie et l’Amérique. Par exemple, on demande des collèges… et voilà les jésuites qui se retrouvent enseignants !

Chaque jour, des dizaines de lettres partent de Rome pour des Jésuites mais aussi pour d’autres responsables du destin des hommes.

Pendant ce temps, Ignace continue de prêcher et de confesser.

Il crée des maisons pour catéchumènes juifs et mahométans, des refuges pour femmes prostituées repenties…

Il meurt le 31 juillet 1556 et sera canonisé par le pape Grégoire XV le 12 mars 1622. Sa fête a lieu le 31 juillet.

L’ordre des Jésuites compte aujourd’hui 18000 membres dans le monde entier. Le pape François est lui-même issu de la Compagnie de Jésus.

Preuve que saint Ignace de Loyola a marqué son temps et que sa ligne de conduite s’est amplement transmise.

L’une des belles citations de saint Ignace que tout catholique devrait connaître et appliquer dans sa vie est celle-ci :

« Prie comme si tout dépendait de Dieu… et agis comme si tout dépendait de toi. »

La pécheresse devenue sainte

Nous fêtons en ce jour du 22 juillet, Sainte Marie Madeleine.

Ô lumière du monde ! Ô perle resplendissante !

Vous qui en annonçant la résurrection de Jésus-Christ, êtes devenue, l’apôtre des apôtres, tenez-vous constamment en notre faveur auprès du trône de Dieu, dont vous êtes l’amie préférée ; soyez notre refuge et notre avocate. Ainsi soit-il.

Marie-Madeleine était issue d’une famille distinguée de Béthanie, sœur de sainte Marthe et de saint Lazare. Après la mort de ses parents, elle mena une existence épicurienne, sans aucune limite, au point qu’on la surnomma La Pécheresse.

Ses frasques lui valurent d’être possédée par sept démons.

Sa rencontre avec Jésus, qui la délivra de ses abominations, transforma sa vie. Dès lors, elle s’attacha avec amour à ses pas, le suivant jusqu’au Calvaire. Elle fut la première à le voir ressuscité, portant l’annonce de Sa Résurrection aux autres disciples, ce qui lui valut l’appellation d’« Apôtre des Apôtres ».

C’est elle aussi qui, ayant un jour suivi Le Seigneur chez Simon le Pharisien, versa sur les pieds de Jésus un vase de parfum précieux, les arrosa de ses larmes et les essuya avec ses cheveux, et qui entendit ensuite cette parole : « Beaucoup de péchés lui sont pardonnés, parce qu’elle a beaucoup aimé. »

Sainte Marie-Madeleine est un exemple frappant de la miséricorde infinie et en même temps de la plus parfaite pénitence. La consolation et l’espérance qu’un cœur souillé peut, par l’Amour, par la voix de la Grâce, se transformer en une âme merveilleuse.

« Puisque c’est par une femme que fut inaugurée la séparation d’avec Dieu par la désobéissance, il convenait qu’une femme fût aussi le premier témoin de la Résurrection, afin que la catastrophe qui avait résulté de la désobéissance fût redressée par la foi dans la Résurrection. » Saint Grégoire de Nysse.

Lors des premières persécutions sur les chrétiens, Marie-Madeleine s’exila dans le sud de la France, avec sa famille, puis elle se retira dans la grotte de la Sainte-Baume, où elle mena une fin de vie plus proche de l’ange que de l’humaine, s’adonnant à la prière et à la contemplation.

Cette grotte de la Sainte-Baume peut être comptée parmi les plus grands lieux sacrés de France, car elle fut l’écrin saint où vécut et mourut le premier témoin de la mort et de la résurrection du Seigneur.

Un apôtre de la charité

Ce Saint, dont le nom est devenu synonyme de charité, est l’une des plus pures gloires de la France et de l’humanité tout entière.

Saint Vincent de Paul naquit dans un village près de Dax en 1581, issu d’une famille d’ouvriers agricoles, il passa ses premières années à travailler à la ferme et à garder le troupeau. Si, au départ, ses origines modestes le mettent mal à l’aise, il les assumera avec le temps et en fera même un atout pour échanger avec les plus démunis. Dès son plus jeune âge, il n’hésitait pas à donner de la nourriture aux pauvres qui croisaient son chemin. Un jour, il trouva même 30 sous par terre, ce qui était une petite somme à l’époque, et les donna à un malheureux qui lui sembla en avoir plus besoin que lui.

Son père ne doute pas de sa générosité et de son intelligence, il croit en son fils et le laisse volontiers partir étudier la théologie à son adolescence.

Un an après son ordination, de retour d’un voyage, il est fait prisonnier par des pirates et se retrouve captif en Afrique où de nombreuses épreuves lui font endurer sa foi. Mais il n’abandonne jamais et parvient même à convertir son maître qui lui rend alors sa liberté, deux années après sa capture.  

Ami et confident de Saint François de Sales, il trouve en lui l’homme de douceur dont son tempérament de feu a besoin.

Il est très sensible à la misère humaine, tant spirituelle que matérielle, et s’y investit totalement tout au long de sa vie, créant des « anges de charité » et des « légions d’apôtres ».

Ainsi, à partir de 1617, pour les oubliés de la société (malades, galériens, réfugiés, illettrés, enfants trouvés), il fonde successivement les Confréries de Charité, la Congrégation de la Mission (Lazaristes) et, avec sainte Louise de Marillac, la Compagnie des Filles de la Charité. il fonde à côté de cela les Prêtres de la Mission, destinés à évangéliser la France et même les peuples infidèles.

Il fonde également un hospice pour les personnes âgées, qui devient l’hôpital de la Salpêtrière en 1657.

Son profond engagement est source d’inspiration et l’est encore, notamment pour de nombreuses associations au fil du temps.

« Les pauvres ne sont-ils pas les membres souffrants de Notre Seigneur ? Ne sont-ils pas nos frères ? Et si les prêtres les abandonnent, qui voulez-vous qui les assiste ? De sorte que, s’il s’en trouve parmi nous qui pensent qu’ils sont à la Mission pour évangéliser les pauvres et non pour les soulager, pour remédier à leurs besoins spirituels et non aux temporels, je réponds que nous les devons assister et faire assister en toutes manières… Faire cela, c’est évangéliser par paroles et par œuvres. »

Mort à Paris le 27 septembre 1660 en odeur de sainteté. Canonisé en 1737 par Clément XII, fête fixée comme semidouble au 19 juillet. Benoît XIV l’érigea en fête double en 1753.

Voici une prière de saint Vincent de Paul, qui nous rappelle de faire preuve de charité et d’humilité dans notre quotidien, nous enseigne à prendre du recul face à toutes ces choses matérielles et ces ambitions qui gangrènent la société actuelle.

« Ô Dieu Sauveur, je Vous en prie, donnez-nous l’humilité » :

« Ô Dieu Sauveur, je Vous en prie, donnez-nous l’humilité, Vous qui avez toujours cherché la gloire de votre Père aux dépens de votre propre gloire, aidez-nous à renoncer une fois pour toutes à nous complaire en vain dans les succès. Délivrez-nous de l’orgueil caché et du désir que les autres nous estiment. Nous Vous supplions, Seigneur miséricordieux, de nous donner l’esprit de pauvreté. Et si nous devons avoir des biens faites que notre esprit n’en soit pas contaminé, ni la justice blessée, ni nos cœurs embarrassés. Ô Seigneur, Vous êtes venu nous apprendre à aimer notre prochain comme nous-mêmes. Vous nous avez montré, par votre vie, que le service des pauvres est préférable à tout. Aidez-nous à comprendre que ce n’est point Vous quitter que de Vous quitter pour eux. Vous qui avez voulu être pauvre, Vous vous révélez dans les pauvres. En eux, Seigneur, nous Vous rencontrons, en les servants, nous Vous servons. Amen. »

Fatima : le message de Marie au monde entier

Le 13 juillet est le jour anniversaire de la troisième apparition de la Très Sainte Vierge Marie à Fatima au Portugal.

En 1917, la Sainte Vierge apparaît à trois petits bergers prénommés Lucie, François et Jacinthe.

Continue reading

Tout quitter pour le Christ

Ainsi fut décrite la vie de saint Benoît par saint Grégoire.

Saint Benoît, que nous célébrons ce 11 juillet, n’est plus à présenter mais sa vie et son héritage méritent qu’on y revienne. Il n’est pas moins que le patriarche des Moines d’Occident et le patron de l’Europe, et on peut le considérer de manière générale comme un guide spirituel sur le chemin menant à Dieu.

Continue reading

Fête du Précieux Sang de Notre Seigneur : 1er juillet

Traditionnellement, le mois de juillet est consacré au Très Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Par cette fête, l’Eglise catholique rappelle à ses fidèles que c’est par le Sang du Christ que les hommes ont été rachetés.

Continue reading

Saint rayonnant de pureté : saint Louis de Gonzague

Luigi Gonzaga, premier-né d’une grande et illustre famille de l’aristocratie italienne, vit le jour le 9 Mars 1568, au château de Castiglione, près de Mantoue (Lombardie) et s’éteignit le 21 juin 1591.

Continue reading

« Voilà ce Cœur »…

Ce mois de juin est le mois consacré au Sacré Cœur de Jésus.

Le Cœur Sacré de Jésus est symbole de l’amour divin, de l’amour miséricordieux et compatissant, centre où tout converge et qui embrasse tout. Tout ce mois de juin invite à Le célébrer, à Lui rendre grâce et à Lui ouvrir son cœur en retour.

Continue reading

La Fête-Dieu : un axe central pour tout catholique

La Fête-Dieu est aussi appelée Fête du Saint-Sacrement, ou Corpus Christi, ou encore Corpus Domini.

Cette fête religieuse catholique et parfois anglicane est célébrée le jeudi qui suit la Trinité, soit 60 jours après Pâques, ou le dimanche suivant dans certains pays comme la France.

Continue reading

Marie Auxiliatrice, au secours des Chrétiens

Notre Dame Auxiliatrice que nous fêtons ce 24 mai est l’un des nombreux vocables de la Vierge Marie.

Ce titre marial semble avoir été instauré par Jean Chrysostome vers 345.

Continue reading

Fête de la Pentecôte : Fête de l’Esprit-Saint

Qu’est-ce que la Pentecôte ?

La Pentecôte est une fête chrétienne qui célèbre la venue du Saint Esprit sur un groupe de disciples du Christ. Elle a lieu cinquante jours après Pâques. En grec, « pentêkostê » signifie « cinquantième ».

Continue reading

Belle fête de Notre-Dame de Fatima !

Salut, ô Reine, Mère de Miséricorde, notre vie, notre douceur, et notre espérance, salut.
Vers vous nous élevons nos cris, pauvres exilés, malheureux enfants d’Eve.
Vers vous nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.
De grâce donc, ô notre Avocate, tournez vers nous vos regards miséricordieux.
Et, après cet exil, montrez-nous Jésus, le fruit béni de vos entrailles.
Ô clémente, ô miséricordieuse, ô douce Vierge Marie.

Continue reading

Qui était Pie V ?

Antonio Ghislieri de son vrai nom, Pie V est né à Bosco Marengo en Italie le 17 janvier 1504.

Il est berger et garde les moutons dans la campagne lombarde. Grâce à un voisin généreux, il va à l’école chez les dominicains.

Continue reading

Saint Joseph : au travers de son travail et de la sainte Famille

Nous célébrons cette semaine le 1er mai, fête du travail pour les non croyants, mais surtout fête de Saint Joseph Artisan pour nous.

Nous allons revenir sur cette facette de saint Joseph et cette seconde fête qui lui est dédiée chaque année. N’oublions pas également que 2021 lui a été consacrée. Le mois de Mai étant aussi celui consacré à Marie.

Continue reading

Padre Pio : le stigmatisé

Il est un saint contemporain qui est très connu pour avoir porté les stigmates du Christ pendant 50 ans. Il s’agit de Padre Pio dont la fête est célébrée le 23 septembre.

Continue reading

L’infinie Miséricorde du Christ

Le dimanche de la Divine Miséricorde aura lieu ce dimanche 11 avril 2021. Il est le dimanche qui suit le dimanche de Pâques.

Il a été institué dans l’Eglise catholique par le pape Jean-Paul II le 30 avril 2000, jour de la canonisation de sœur Faustine Kowalska et perdure jusqu’à aujourd’hui.

Continue reading

Le temps du Passage

« Jésus lui dit : Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort ; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? »  Jean 11 : 25-26

La célébration de Pâques est la plus grande solennité de l’année pour les croyants.

Continue reading

L’Annonciation : début du salut

Cette fête importante du calendrier liturgique a lieu chaque année le 25 mars, soit neuf mois exactement avant Noël. Elle est célébrée depuis le milieu du VIIe siècle dans l’Eglise latine.

Continue reading

Saint Joseph : un modèle de vie

« Ô saint Joseph dont la protection est si grande, si forte et si prompte devant le trône de Dieu, je mets en toi tous mes intérêts et désirs.

Continue reading

Le leitmotiv du carême : pénitence, jeûne et prières

Comme chacun sait, chaque année, le Carême commence le mercredi des Cendres.

La veille, appelée « mardi gras » est le jour dernier jour du carnaval. Il est de coutume de manger des crêpes ou d’autres douceurs ce jour-là en prévision du Carême qui arrive.

Continue reading

Bienheureux François et Jacinthe Marto

« Deux chandelles que Dieu a allumées

 pour éclairer l’humanité dans ses heures sombres et inquiètes »

Béatifiés le 13 mai 2000, canonisés le 13 mai 2017, sainte Jacinthe et saint François Marto sont célébrés ce 20 février et sont les plus jeunes non-martyrs proclamés saints dans l’histoire de l’Eglise.

Continue reading

Que la Lumière soit sur le monde

« Et lorsque furent accomplis les jours pour leur purification, selon la loi de Moïse, ils l’emmenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur » (Luc 2, 22-38)

La fête de la Présentation de Jésus au temple est célébrée 40 jours précisément après Noël, soit le 2 février.

Continue reading

Conversion de Saint Paul : 25 janvier

Saint Paul s’est converti sur le chemin de Damas.

C’est un épisode très connu et un évènement majeur dans la vie de Paul de Tarse (Saul).

Continue reading

Baptême de Jésus : 13 janvier

Le 13 janvier est une journée importante consacrée au baptême de Notre Seigneur dans le Jourdain par Saint Jean-Baptiste. C’’est un des épisodes de la vie du Christ dont tout catholique doit se rappeler.

Continue reading

Suivez l’Etoile de la Foi

Nous célébrons cette semaine la lumineuse fête de l’épiphanie, c’est-à-dire la manifestation de Dieu aux Hommes par l’intermédiaire de Son fils, Jésus Christ. C’est Dieu qui se fait proche de nous et se donne à nous.

Continue reading

Fête de la Sainte Famille : et si nous revenions aux fondamentaux ?

Cette semaine célèbre évidemment la Nativité de Jésus-Christ. Nous vous en parlions la semaine passée et revenions sur les origines de cette fête.

Mais que serait la Nativité sans la Sainte Famille ?

Continue reading

Un Sauveur est né

Quelle joie que la naissance de Notre Seigneur et Sauveur ! Le 25 décembre est une date cruciale de notre calendrier liturgique. Elle célèbre la naissance de Jésus-Christ.

Continue reading

Comblée de grâce et bénie entre toutes les femmes

Nous fêtons cette semaine la très belle solennité de l’Immaculée Conception.

C’est l’une de nos fêtes mariales incontournables. Après moults débats au sujet de ce dogme, la querelle qui durait depuis des siècles a enfin cessé pour laisser place à une belle célébration.

Continue reading

Saint Nicolas : le saint de tous les enfants

Saint Nicolas est probablement le saint le plus aimé des enfants. Il est d’ailleurs leur saint patron et a une place de choix dans la tradition avant les fêtes de Noël. Il est fêté le 6 décembre.

Continue reading

La Médaille Miraculeuse : source de grâces

L’histoire et la portée de la Médaille Miraculeuse n’est plus à présenter, mais c’est toujours avec joie que nous revenons sur son parcours et la grande dévotion qui lui est dédiée, à l’occasion de sa célébration le 27 novembre prochain.

Continue reading

Pure depuis toujours…

La fête de la Présentation de la Sainte Vierge au temple est introduite en Occident au XIVe siècle.

Continue reading

Saint Martin : guérisseur et évangélisateur

Saint Martin de Tours, encore appelé saint Martin le Miséricordieux, est l’un des principaux saints de l’Eglise, le premier saint de l’ère où l’Empire romain se christianisa, et l’un des évêques les plus connus, fondateur des premiers monastères d’Occident.

Continue reading

Célébration de la Toussaint : histoire et méditation

A la Toussaint, nous fêtons tous les saints, c’est une célébration qui commémore tous les saints, vivants et défunts, connus et anonymes, pauvres et riches, jeunes et vieux, érudits et ignorants…

Continue reading

Le Christ : Roi de l’Univers

La fête chrétienne du Christ Roi a été instituée par le Pape Pie XI le 11 décembre 1925, par la promulgation de l’encyclique Quas Primas.

Continue reading

Miracle de Fatima : la danse du Soleil

La Vierge Marie, au cours de l’année 1917, est apparue à six reprises aux yeux de trois petits bergers de Fatima au Portugal : François, Jacinthe et Lucie.
Ces apparitions sont, avec celle de Notre Dame de la Salette, les seules apparitions ayant un prolongement caché à caractère prophétique et apocalyptique.

Ce 13 octobre célèbre la date anniversaire de la 6e et dernière apparition de la Vierge Marie à Fatima, avec le miracle astronomique qu’on a appelé le soleil de Fatima.

Cette apparition eut lieu à Cova da Iria, lieu de la première apparition du 13 mai 1917 et lieu sur lequel les trois voyants avaient pour instruction de revenir lors des six mois suivants, le 13 de chaque mois.

Le récit des apparitions s’était largement répandu au cours des derniers mois, et le dernier rendez-vous du 13 octobre 1917 avait rassemblé des milliers de fidèles ou de curieux (de 40 000 à 70 000 personnes selon les estimations) à Cova da Iria, à la suite des trois jeunes pastoureaux.

Il pleuvait à torrent ce jour-là, mais la boue ne stoppait en aucune façon le mouvement de la foule, beaucoup se mettaient à genoux dans une posture humble et suppliante.

Lucie raconte :

« Lorsque nous sommes arrivés à la Cova da Iria, près du chêne vert, une injonction intérieure m’a poussée à demander à la foule de fermer les parapluies, avant que nous ne récitions le chapelet. Peu après, nous avons vu le reflet de la lumière, puis Notre-Dame au-dessus du chêne vert. »

Que voulez-vous de moi ?

Je veux te dire que l’on fasse construire ici une chapelle en mon honneur. Je suis Notre-Dame du Rosaire. Que l’on continue à réciter le chapelet tous les jours. La guerre va finir et les militaires rentreront bientôt chez eux.

J’avais beaucoup de choses à vous demander : de guérir des malades, de convertir des pécheurs, etc.

Les uns, oui, les autres, non. Il faut qu’ils se corrigent, qu’ils demandent pardon pour leurs péchés.

Et prenant un air plus triste :

Qu’ils n’offensent pas davantage Dieu, Notre-Seigneur, qui est déjà très offensé.

Ouvrant alors les mains, elle les fit se refléter dans le soleil, puis, pendant qu’elle s’élevait, le reflet de sa propre lumière continua à se projeter dans le soleil.

Tel fut le motif pour lequel je me suis exclamée, en leur demandant de regarder vers le soleil. Mon but n’était pas d’attirer l’attention de la foule vers cette direction, puisque je ne me rendais même pas compte de sa présence : je l’ai fait seulement à cause d’une impulsion intérieure qui m’y a incitée. »

Ainsi se produisit le miracle, dont la nature était encore inconnue, qui fut annoncé trois mois plus tôt par les enfants, comme preuve de la véracité des apparitions : miracle qu’on appela le miracle du soleil ou la danse du soleil.
Alors que la pluie avait martelé le ciel et le sol depuis le matin, le soleil perça brutalement les nuages pour se rendre visible.
Le soleil tourna trois fois sur lui-même à une allure vertigineuse, projetant de toute part des faisceaux de lumières jaunes, lilas, orangés et rouges.
Il sembla, à un moment, se détacher du firmament, donnant l’impression qu’il allait s’écraser sur la foule qui poussa un cri terrorisé. Certains prièrent alors qu’ils n’étaient pas croyants, d’autres se mirent à genoux implorant le ciel. Cela dura dix minutes avant que le soleil ne reprenne un aspect normal, ces quelques minutes suffirent à sécher ce qui avait été trempé toute la matinée par la pluie.  

Pendant ce laps de temps, les trois enfants eurent le privilège d’avoir d’autres visions :

« Notre-Dame une fois disparue dans l’immensité du firmament, nous vîmes saint Joseph près du soleil avec l’Enfant-Jésus et Notre-Dame vêtue de blanc avec un manteau bleu. Saint Joseph et l’Enfant-Jésus paraissaient bénir le monde, avec les gestes en forme de croix qu’ils faisaient de la main. Peu après, une fois dissipée l’image de cette apparition, je vis Notre-Seigneur et Notre-Dame, qui pour moi ressemblait à Notre-Dame des Douleurs. Notre-Seigneur semblait bénir le monde de la même manière que saint Joseph. Cette apparition s’évanouit à son tour et il m’a semblé voir de nouveau Notre-Dame sous une forme proche de Notre-Dame du Carmel. »

De nombreux témoignages de l’assistance ont fleuri après cette journée. L’un d’eux, le 18 décembre 1917, par le Dr José Maria Proença de Almeida Garret, rapporte ainsi la scène vécue :  

« Quelques instants plus tôt, le soleil avait percé victorieusement l’épaisse couche de nuages qui l’avait caché, pour briller clairement et intensément. Je me suis retourné vers cet aimant qui attirait tous les regards et j’ai pu le voir semblable à un disque au bord net et à l’arête vive, lumineuse et luisante, mais qui ne faisait pas mal aux yeux… Il ne ressemblait en rien à la lune d’une nuit transparente et pure, parce que l’on voyait et sentait qu’il s’agissait d’un astre vivant… On ne pouvait pas non plus le confondre avec le soleil visible par temps de brouillard (d’ailleurs inexistant ce jour-là) puisqu’il n’était pas opaque, diffus ou voilé. À Fatima, le temps était chaud et ensoleillé.
Ce qui fut merveilleux, c’est que pendant un long moment, nous avons pu scruter l’astre, flamme de lumière et braise de chaleur, sans la moindre douleur oculaire et sans qu’aucun éblouissement ne nous aveugle. Ce disque nacré était animé d’un mouvement étourdissant… Il tournait sur lui-même à une vitesse vertigineuse.
Tout à coup, on entendit une clameur, comme un cri d’angoisse montant de la foule. Le soleil, conservant sa vitesse de rotation, se détacha du firmament et, sanguinaire, il prit la direction de la Terre, menaçant de nous écraser sous le poids de son énorme meule de feu. Ces secondes furent terrifiantes…
Tous ces événements, je les ai observés personnellement et sereinement, sans émotion ni agitation… Ce phénomène a dû s’étaler sur environ dix minutes.
»

Ce miracle de Fatima n’a jamais été reconnu officiellement par l’Eglise comme un miracle à proprement parler, les scientifiques n’ont jamais trouvé d’explication à ce phénomène. Car, même des personnes se trouvant à des kilomètres ont pu voir la scène. Le terme de « danse du soleil » vient d’un article publié par un journaliste portugais deux jours après l’évènement. D’autres récits du même genre vont ensuite être rapportés, par une poignée ou une foule, d’un phénomène plus ou moins proche de celui de la danse du soleil.

Notre Dame du Rosaire : le 7 octobre

Notre Dame du Rosaire est dans le catholicisme une des dénominations de la Vierge Marie. Ce nom lui a été donné depuis qu’elle s’est présentée comme telle à Saint Dominique au XIIIe siècle, à Prouilhe.

Continue reading

Saint Michel : Guerrier Protecteur

Saint Michel est l’un des trois archanges majeurs de Dieu reconnus par l’Eglise, avec Gabriel et Raphaël.
Il est considéré comme le prince des anges et commande aux armées célestes, son nom signifie « qui est comme Dieu ? » et il est souvent représenté en armure brandissant une épée, à la fin des temps, et terrassant le Diable. C’est déjà lui qui, lors de la révolte des anges déchus, a combattu son ancien frère d’arme Lucifer. Ils étaient les plus brillants des anges, dirigeant ensemble l’armée céleste avant de devenir frères ennemis.
Il est également considéré comme l’ange qui réconforta Jésus, lors de Son Agonie au jardin des oliviers.

Continue reading

Saint Joseph : Modèle du père de famille

Ce 19 mars célèbre la fête de Saint Joseph, époux de la bienheureuse Vierge Marie et père adoptif de Jésus.

Son culte se diffuse en occident dès le XIe siècle mais il faut attendre le XVe siècle pour que le pape Sixte IV introduise officiellement sa fête le 19 mars.

Continue reading

Sainte Rita : Sainte Patronne des causes désespérées

Sainte Rita naquit d’une façon des plus singulières : en effet, dès le lendemain de son baptême, des abeilles blanches virevoltèrent autour de son berceau. Celles-ci entraient et sortaient de sa bouche sans lui faire le moindre mal.

Continue reading

Qu’est-ce que le Carême ?

Cette année le Carême commence le mercredi 26 février qui est donc le mercredi des Cendres.

La veille, appelée « mardi gras » est le jour dernier jour du carnaval. Il est de coutume de manger des crêpes ou d’autres douceurs ce jour-là en prévision du Carême qui arrive.

Continue reading

Padre Pio : guide spirituel incontournable

Padré Pio est l’une des plus grandes figures spirituelles du XXe siècle.

Né en 1887 en Italie, dans une famille paysanne qui a très peu d’argent et dont les parents ne savent ni lire ni écrire, il est l’espoir de la famille qui voit en lui un futur prêtre. Convaincu de la vocation de son fils, le père de Pio donne toute la priorité à l’éducation de sa progéniture qui est une condition indispensable pour intégrer l’ordre des Capucins, et pour cela il travaille sans relâche, à New-York, en Jamaïque, partout où il peut trouver afin d’envoyer un maximum d’argent pour payer les cours.

Continue reading

Je suis l’Immaculée Conception

Notre pays est très gâté en matière d’apparitions de la très Sainte Vierge.

Les apparitions les plus connues de France sont celles qui ont eu lieu à Lourdes.

Continue reading
Older posts